Philippe San Marco

 

épuisé

épuisé

épuisé

Quatre de mes livres ont pour thème Marseille. "Marseille, l'endroit du décor" (1985) et "Marseille, l'état du futur" (1988) écrits avec Bernard Morel, "Marseille Capitale ?" (2000) et enfin "l'Armée dans les cités" (2014). Il y est bien sur  question de Marseille, ville singulière, qui fascine ou révulse, voire les deux à la fois, et qui ne laisse jamais indifférent. Mais au-delà, cette réflexion  concerne bon nombre de villes de notre pays et d'ailleurs car les enjeux urbains sont au cœur de la mondialisation en cours.


Avec "Est-ce ainsi que les hommes vivent ?" (2010), j'ai repris et synthétisé mes séminaires de géopolitique de l'Ecole Normale Supérieure. "Livret militaire ?" (2012) est également un exercice de méditation géopolitique sur le XXe siècle. "Violence déraisonnable et refoulé colonial" (2013) est consacré au problème spécifique de la torture en Algérie, non pas en tant que telle, abominable, mais pour ce qu'elle nous dit de la faillite des politiques.


"Sur les flancs du Mont Pellegrino" (2012) raconte la quête qui m’a amené à retourner à Palerme pour y rechercher mes origines paternelles. J'ai eu besoin de redécouvrir mon ascendance sicilienne non pas pour revenir en arrière mais au contraire pour m'aider à aller de l'avant. Cette recherche a  été pour moi l'outil d'une lente thérapie qui m'a permis de laisser apparaitre et d'assumer avec apaisement une nouvelle identité. "Rendez la terre !" (2014) en est l'accomplissement, moins émotionnel, plus analytique. "Sur les flancs du Mont Pellegrino" a été traduit deux fois en italien. "L'eredità siciliana" (2013) en est la publication la plus récente et la plus belle. Je ne sais pas si j'aurais envie de traduire "Rendez la terre!" car je tiens à ma tranquillité en Sicile.


Enfin "Les étoiles dansaient dans un ciel obscur" (2013) est un recueil de nouvelles, d'essais et de récits plus intimes.


Les travaux du séminaire "Politique culturelle et enjeux urbains" que j'ai initiés à l'Ecole Normale Supérieure avec Géraldine Djament ont fait l'objet d'une publication par les éditions Le Manuscrit sous le titre "La métropolisation de la culture et du patrimoine".


« L’ouvrage intitulé « Les décolonisations au XXe siècle : les hommes de la transition », intègre mon essai « De l’assimilation rêvée aux indépendances vécues ». Il fait partie d’un travail collectif mené sous la direction de Samia El Mechat et de Florence Renucci.

 

J'ai en tête un livre sur le rôle de Marseille dans l'histoire des exilés politiques siciliens, livre qui reprendrait certains personnages apparus dans "Rendez la terre!" de Giuseppe Mazzini à Bernardino Verro, et me permettrait de faire revivre la "diagonale angevine". Je pense aussi à replonger dans mon histoire africaine en développant une conférence que j'ai faite en 2011 sur les acteurs de la décolonisation. Je voudrais aussi écrire une biographie de mon grand-père maternel qui partit "aux colonies" avant la Première Guerre Mondiale. Des archives inédites sur la guerre menée par la France au Cameroun dans les années '50 et au début des années '60 feraient l'objet d'un beau travail mais je ne sais pas encore comment en tirer quelque chose de nouveau par rapport à toute la littérature déjà publiée.

                e-books       
Editions LUNGARINIhttp://www.numilog.com/ResultatRecherche/Editions_Lungarini/652.Editeur

Livres publiés

http://www.philippesanmarco.com/publi_estce.html
http://www.philippesanmarco.com/publi_estce.htmlhttp://www.philippesanmarco.com/publi_estce.htmlhttp://www.philippesanmarco.com/publi_estce.htmlhttp://livepage.apple.com/shapeimage_3_link_0shapeimage_3_link_1shapeimage_3_link_2